Auteure - Medigen

Medigen
Médecine transgenre
Ressources pour personnes en questionnement de genre et professionnels de santé
Dr Corinne Hamel, spécialiste en médecine générale

Dernière mise à jour : 01/07/2020
Aller au contenu

Auteure

Dr Corinne HAMEL
Spécialiste en médecine générale.
    
Prix de thèse 2016 de la faculté de médecine de Poitiers.
DES de Médecine générale.
DIU Antibiologie & Autres traitements infectieux.
     
Médecin généraliste en SSR Cardiovasculaire    
  
Membre de la World Professional Association for  Transgender Health (WPATH)  
    
Je me situe à une intersection finalement assez peu habituelle dans notre société. Je suis à la fois une femme, une personne transidentitaire, un médecin et une citoyenne. Toutes ces conditions ont un point commun, fondamental et prééminent, celui d'être avant tout un être humain.
  
En tant que femme
 
Vivre en tant que femme dans la société constitue une expérience bien différente de celle de vivre en tant qu'homme. Il suffit à chacun d'observer un court instant les individus qui nous entourent pour pouvoir constater que notre société a codifié de façon assez rigide, ce qui est attendu de la présentation et du comportement des personnes vivant dans le genre masculin ou féminin. Bien qu'admise tacitement par le plus grand nombre, cette binarité est en elle-même relativement discutable. De même, la répartition asymétrique des rôles de chacun, lorsqu'elle s'appuie sur des caractéristiques genrées, est tout à fait contestable. Pourtant, nos traditions, nos lois, et pour tout dire l'essentiel de notre société s'est construit sur la différence des sexes. Historiquement, cette différence a rapidement conduit à une hiérarchisation faisant de la femme, une variation inférieure de l'homme pris comme repère fondamental. Le monde a d'abord été décrit, étudié puis classé et normé par … des hommes. Cela n'a pas été sans conséquences. Le monde n'est pas vécu de la même façon selon qu'il est perçu par les yeux d'un homme ou ceux d'une femme.   
  
En tant que personne transidentitaire
  
Être née de sexe masculin, avoir été socialisée en tant que garçon et vivre à présent, légalement et socialement, en tant que membre du sexe féminin constitue une trajectoire inhabituelle. Cette expérience de vie constitue un trait d'union à l'endroit même où la plupart de nos contemporains y voient une barrière étanche et infranchissable. C'est incontestablement une différence, le plus souvent perçue comme une menace pour l'Ordre Etabli. Ce n'est bien sûr pas la seule mais cette différence-là demande, pour être comprise et éventuellement acceptée, des efforts conceptuels importants et pas toujours accessibles à tous. En France, la transidentité a longtemps été considérée, y compris et surtout de la part des médecins, comme une maladie psychiatrique sévère et incurable. A travers le monde, nombreux sont les exemples qui démontrent pourtant que l'on peut être trans et s'épanouir dans une vie "normale", même si des adaptations sont souvent nécessaires. Ce que les uns perçoivent comme une grande richesse ou un réel épanouissement est vu par les autres comme une catastrophe, un échec ou une tare. Il s'agit pourtant de la même histoire … Chaque personne trans possède un cadre de lecture de la transidentité en général et de sa propre trajectoire de vie en particulier. Je ne cherche donc pas à imposer ma vision, certes médicalisée et étayée, de la transidentité mais j'expose ce qui me semble pouvoir contribuer à la compréhension de cette condition dans le cadre d'une demande d'accompagnement et/ou de soins. Cette vision peut donc entrer en conflit avec les représentations parfois revendiquées par certaines personnes, qu'elles appartiennent ou non à la communauté des personnes trans.  
  
En tant que médecin
 
La médecine transgenre constitue un champ récent et controversé de la médecine. Elle rassemble toutes les spécialités médicales et chirurgicales qui interviennent pour aider les personnes trans qui souhaitent un accompagnement et/ou des modifications corporelles dans le but de faire correspondre au mieux les caractéristiques sexuées de leur corps avec leur identité de genre. Lorsque j'ai compris et accepté que j'étais une personne transidentitaire, je me suis mise à étudier tout ce qui entrait en résonance entre ma passion professionnelle, la médecine, et la nécessité d'acquérir les connaissances qui devaient guider les choix auxquels je me savais désormais confrontée. Il m'a fallu explorer autrement et au-delà des limites du savoir académique transmis par la faculté de médecine. Plusieurs voix s'élèvent, le plus souvent des milieux associatifs et féministes, pour réécrire la biologie, la physiologie et la médecine. Ce n'est pas l'approche que j'ai choisie. Je n'ai ni tort ni raison, c'est mon approche personnelle. Je me baserais donc sur les méthodes qui m'ont été enseignées et les données publiées et validées. Ne travaillant pas de façon permanente et exclusive auprès des personnes trans, je ne revendique aucune expertise ou autorité dans le domaine. L'intérêt des pages de ce site et la validité des informations sont donc laissés à l'appréciation du lecteur auquel il est conseillé de conserver, ici comme ailleurs, le plus grand sens critique.  
  
En tant que citoyenne
  
Occuper une nouvelle place dans la société a été l'occasion pour moi de prendre conscience de plusieurs choses. D'abord, il ne suffit pas d'être dans son bon droit pour pouvoir jouir sans difficulté de l'ensemble de ses droits civiques. En pratique, les choses se passent souvent mieux lorsque votre apparence est relativement conforme à ce que les gens se sentent en droit d'attendre d'une identité légale, surtout en ce qui concerne le sexe. Ensuite, j'ai compris que les droits accordés aux personnes trans ne leur avaient pas été donnés. Ils ont été arrachés sous l'action courageuse et tenace des associations de personnes concernées. La loi n° 2016-1547 du 18 novembre 2016 de modernisation de la justice du XXIème siècle a conféré de nouveaux droits aux personnes trans. Ils ne sont pas la conséquence d'une prise de conscience des pouvoirs publics quant à la précarité de la condition trans mais ils viennent en réponse aux multiples condamnations de la France par la Cour Européenne des Droits de l'Homme.
 
Nous contacter
Dr Corinne HAMEL
SSR Cardiocéan - Clinéa Cliniques
25 Allée de la Tourtillière
17138 PUILBOREAU
Tél. : 0826.10.86.86

Mentions obligatoires  
Politique de confidentialité  
Conditions d'utilsation  
Formulaire de contact  
(c) Corinne Hamel, 2020
Ressources patient(e)s
Par où commencer ?
Termes & Concepts
Associations
Trouver un professionnel
Ressources professionnels
Sociétés savantes
Professionnels
Formulaires
Protocoles de soins
Retourner au contenu