Sexe & genre - Medigen

Medigen
Médecine & Genre
Ressources pour les professionnels de santé
Dernière mise  à jour : 23/10/2021

Dr Corinne HAMEL
Médecin généraliste
Aller au contenu
Sexes & Genres
 
Le modèle
 
Ce modèle, c'est ce qui est communément admis et enseigné dès les petites classes. C'est également, le plus souvent, la seule chose que "monsieur et madame tout le monde" connait de la constitution sexuée des individus. Dans ce modèle, chaque être humain possède l'un des deux sexes, exclusif l'un de l'autre. On nait soit mâle, soit femelle. Par la suite, il est attendu de chaque mâle qu'il devienne un homme et de chaque femelle qu'elle devienne une femme. Mais l'identité sexuée d'un individu comprend plusieurs composantes.
  
Le sexe chromosomique
Au plan chromosomique, l'espèce humaine est caractérisée par un patrimoine génétique réparti en 23 paires de chromosomes. Une paire de chromosomes sexuels ou gonosomes, X et/ou Y, qui contiennent les gènes impliqués dans la détermination du sexe de l'individu qui les porte et sa fonction reproductive. Vingt-deux paires d'autosomes, numérotés 1 à 22 et qui ne sont, a priori, pas impliqués dans ces fonctions. Dès la fécondation d'un ovule par un spermatozoïde, la combinaison des chromosomes présents dans l'œuf fécondé détermine le sexe de l'enfant à naître. C'est l'étape de détermination sexuelle. Ainsi, le sexe chromosomique féminin correspond à la formule 46,XX et le sexe chromosomique masculin correspond à la formule 46,XY.  
  
Le sexe gonadique
Chez le mâle
Il existe sur le bras court du chromosome Y, le gène SRY (Sex-determining Region on Y) qui est responsable d'une cascade d'activations qui conduisent à la formation du tractus urogénital masculin (cf. infra). Pendant longtemps, on a considéré que SRY était le seul facteur génétique impliqué dans la formation de l'appareil urogénital masculin. L'étude des anomalies de la différenciation sexuelle ont permis de mettre en évidence l'intervention d'autres gènes localisés sur le chromosome X ou certains autosomes (9, 11, 17 et 19). Le gène WT1, présent sur le chromosome 11, est un régulateur de la transcription de SRY. La perte de fonction d'une seule copie de WT1 compromet la gonadogénèse (formation des futures glandes sexuelles). Le gène SOX9, présent sur le chromosome 17, joue un rôle dans l'activation du gène codant pour l'hormone anti-Müllerienne (AMH) impliqué dans la formation du tractus urogénital féminin. La mutation avec perte de fonction d'une seule copie de SOX9 induit une inversion de la différenciation sexuelle chez les individus 46,XY. Le gène SF1, présent sur le chromosome 9, est exprimé dans l'ébauche des gonades des deux sexes et active l'expression des gènes de synthèse des stéroïdes (hormones sexuelles). Le gène DAX1, situé sur le chromosome X, inhibe l'activité de SF1. La surexpression de DAX1 entrave la différenciation testiculaire. La duplication de la région du chromosome X comprenant DAX-1 entraine une inversion du sexe des individus 46,XY. Le gène codant pour l'AMH, présent sur le chromosome 19, est responsable de la régression des canaux de Müller (cf. infra). Son expression génétique dépend de l'action concertée des plusieurs autres gènes dont SF1, SOX9 et DAX1. Le résultat final consiste en la différenciation sexuelle. Chez le mâle, la gonade primitive se différencie en testicule. La présence, chez un individu, de testicules lui confère le sexe gonadique masculin. En sécrétant la testostérone, les testicules vont induire la formation d'un tractus urogénital mâle.
Chez la femelle
La gonade primitive se différencie en ovaire. La présence, chez un individu, d'ovaires lui confère le sexe gonadique féminin.
  
Le sexe anatomique
Caractères sexuels primaires
Chez le mâle
Sous l'action de la sécrétion transitoire de testostérone et de l'AMH, les structures femelles (canaux de Müller) involuent et les structures mâles (canaux de Wolff) se développent pour former les organes génitaux masculins internes (testicules, canaux déférents, vésicules séminales, canaux éjaculateurs, prostate) et les organes génitaux masculins externes (scrotum, pénis).  
Chez la femelle
En l''absence de sécrétion de testostérone et d'AMH, les structures primitives se différencient dans le sens féminin pour former les organes génitaux féminins internes (ovaires, trompes utérines, utérus, vagin) et les organes génitaux féminins externes (vulve, clitoris).
A la naissance de l'enfant, c'est l'identification visuelle par le médecin accoucheur ou la sage-femme de la nature des organes génitaux externes dans le système binaire mâle/femelle qui conduit à l'affectation administrative et définitive de l'individu au sexe masculin ou féminin.
  
Caractères sexuels secondaires
C'est au moment de la puberté que la sécrétion reprend chez le garçon et commence chez la fille.
Chez le garçon, la sécrétion androgénique est responsable de l'apparition des caractères sexuels secondaires masculins : croissance de la masse et de la force musculaires, répartition androïde des graisses, pilosité faciale et corporelle, mue de la voix qui devient plus basse et rauque.
Chez la fille, la sécrétion oestrogénique est responsable de l'apparition des caractères sexuels secondaires féminins : répartition gynoïde des graisses, croissance mammaire, pilosité corporelle et menstruations.   
     
Le sexe physiologique
Sécrétion hormonale
A l'âge adulte, le bilan hormonal peut constituer une façon d'appréhender le sexe d'un individu.
Chez la plupart des individus mâles sains en période d'activité génitale, le bilan sanguin hormonal fait apparaitre une balance androgènes/œstrogènes nettement en faveur des androgènes.  
Chez la plupart des individus femelles sains en période d'activité génitale, le bilan hormonal fait apparaître une balance androgènes/œstrogènes nettement en faveur des œstrogènes.  
   
Fonction reproductive et allaitement
Du point de vue de la biologie de la reproduction, les mâles engendrent leur descendance en émettant des gamètes mâles (spermatozoïdes) et les femelles émettent des gamètes femelles (ovocytes), portent les grossesses et sont susceptibles d'allaiter leur(s) enfant(s).
   
Le sexe psychologique
Au fur et à mesure du développement corporel et psychique de l'enfant, se construit progressivement le sentiment d'appartenir à l'une ou l'autre des deux catégories de sexe. Les psychologues du développement considèrent que cette identité sexuée est acquise et fixée définitivement vers l'âge de 3 à 4 ans. Au cours du XXème siècle, John Monney, psychologue et sexologue néozélandais, définit l'identité de genre. L'identité de genre est le sexe psychologique de l'individu, le sentiment intime et profond d'appartenir au groupe des individus de sexe masculin ou féminin.     
    
Le sexe social
La plupart des sociétés occidentales sont organisées en deux catégories de sexe, souvent présentées et vécues comme exclusives l'une de l'autre, voire opposées. Cette organisation met en œuvre des stéréotypes de genre. Ainsi, le comportement social considéré comme acceptable et/ou valorisé pour un homme ou pour une femme (rôles de genre) est fonction de l'espace et du temps. L'expression de genre est ce sexe social. C'est la façon par laquelle une personne exprime publiquement son identité de genre. Elle peut comprendre la coupe de cheveux, le style vestimentaire, le comportement, la voix, etc.

Le sexe légal
Le sexe légal est celui qui est juridiquement associé à un individu, le plus souvent à la naissance, sur la base de la reconnaissance du sexe anatomique. Dans notre société, il n'existe que deux catégories légales de sexe et donc, deux seuls marqueurs de genre sont utilisables. Le sexe légal masculin se retrouve sur les papiers officiels sous forme des marqueurs de genre "M" ou "1" (numéro INSEE). Le sexe légal féminin se retrouve sur les documents officiels sous forme des marqueurs de genre "F" ou "2".    

La "vraie vie"
 
En cours de rédaction ...









Dr Corinne HAMEL
Centre Hospitalier de La Rochelle-Ré-Aunis
Service de SSR du Château de Marlonges
5 rue de la Grosse Motte
17290 CHAMBON
Tél. : 05 46 27 48 48
Courriel : dre.corinne.hamel@hotmail.com
Crédits
Edition Incomedia(c) WebX5
Hébergement Ionos
Conception Corinne HAMEL
Rédaction Corinne HAMEL
Retourner au contenu